GDR WEEK 2011


28-31/03/2011

GDR-WEEK 2011

GDR Week
à l’Ecole des Mines de Saint-Étienne
http://gdr-week2011.emse.fr

Formation Doctorale : couplages dans les procédés – 28 mars 2011

Axe III : couplages – 29 & 30 mars 2011

Axe I : multiplis – 30 & 31 mars 2011

 

Le GDR CNRS 3371- MIC (Mise en Œuvre des Composites et Propriétés Induites) a été mis en place en 2010 afin de réunir les différentes compétences à l’échelle nationale autour de la modélisation des procédés de mise en forme des composites.

Les journées organisées visent à réunir les principaux acteurs dans ce domaine de la mise en œuvre des composites, et notamment de mettre en évidence les verrous actuels et de permettre à l’ensemble des participants de présenter leurs travaux sous une forme adaptée.

Organisateurs

 

CNRS AMAC INSA ENSMSE

 

Thèmes abordés durant ces journées

Pour l’axe I : Mise en forme des renforts

Simulation de la mise en forme (Préformage).  Approches micro-meso-macro. Prévision des défauts (plissements...). Tissage. Géométrie et maillage. Préforme. Élaboration (dispersion des CNT, traitement de surface des renforts avec des CNT...). Non-tissés. Analyse d’Image (corrélation et tomographie)...

Pour l’axe III : Thermo-mécanique, thermo-cinétique, et couplages

Stratégies avancées de calcul (réduction de modèles...). Modèles et couplages (modélisation du couplage et algorithmique de couplage). Modèles et algorithmes multi-échelles et multi-physiques. Cinétiques (cuisson, cristallisation, polymérisation, cristallisation…). Contraintes résiduelles...

 

Le GDR MIC

L’objectif principal de ce GDR est celui de réunir les différentes compétences à l’échelle nationale autour de la modélisation des procédés de mise en forme des composites pour :

  1. identifier les verrous existants à l’échelle internationale ;
  2. identifier les opportunités thématiques, les synergies permettant de consolider les collaborations déjà existantes et d’en définir de nouvelles ;
  3. définir les priorités stratégiques d’un point de vue scientifique et technologique à court, moyen et long terme ;
  4. fluidifier le dialogue entre industriels et chercheurs, en profitant des compétences respectives ;
  5. chercher à apporter des solutions en rupture pour au moins quelques verrous ;
  6. mutualiser connaissances et moyens matériels
  7. et enfin contribuer à la visibilité et au rayonnement international de la recherche française dans ce domaine, où malgré un certain  morcellement des activités de recherche, la France occupe une position de tête.
| 2011 © ENSM.SE
2011 | © ENSM.SE